Vous n’êtes pas dans votre région ? Sélectionnez votre caisse régionale


Bienvenue dans le groupe de ceux
qui font bouger votre banque !

Aidez-nous à répondre au mieux à vos attentes : participez au Groupe E-dées.





Commentaires (1)

Bonjour Mgx,

Si votre idée est effectivement intéressante et innovante, elle impliquerait un certain nombre de contraintes techniques et réglementaires :

1) Le chèque est imprimé sur du papier spécifique.
2) Le bandeau en bas du chèque (code-barres) appelé ligne CMC7 nécessite des imprimantes et des encres spéciales, afin de pouvoir être lues sur des trieurs de manière industrialisées. (Notre caisse régionale traite entre 120 000 et 180 000 chèques par jour)
3) L’automate dédié avec une codification adaptée sur chaque chèque. L’automate en question devrait avoir un rouleau de consommable spécifique et un module de traitement dédié.
4) L’autorisation de délivrance du chèque à l’unité, pour cela il faudrait envisager des développements informatiques permettant d’accéder à la base de données clients afin de faire tous les contrôles évitant le risque de fraudes.

Même si la France est un pays qui utilise encore beaucoup le chèque (37 chèques par an par habitant) contre 2 à 3 chèques par an chez nos voisins Espagnols ou Allemands, nous enregistrons une baisse de 8 à 9% par an du volume de chèques utilisés. Les experts estiment d’ailleurs la fin du mode de paiement par chèque entre 2025 et 2030.
L’investissement matériel et humain serait donc très important pour un moyen de paiement dont l’avenir à moyen terme est incertain.
Cordialement,

Crédit Agricole 2012